Historique du lieu

SAINT JOSEPH

Petite commune située à l’intérieur des terres. Le sol y est fertile et le climat propice à l’agriculture. La forêt aménagée de « Coeur Bouliki » est à visiter.

L’histoire de Saint-Joseph se fonde autour d’une chapelle de hameau située au Nord de la paroisse du Lamentin entre la Rivière Lézarde et la Rivière Blanche et constituée à partir de terres des communes du Lamentin, du Gros-Morne et de Fort de France.

Par arrêté du Gouverneur en date du 15 octobre 1862, la localité de la Rivière Blanche fut érigée en succursale et en section de commune.

Si dès décembre 1863, le Conseil de la Colonie a été saisi d’une proposition tendant à faire du Quartier Rivière Blanche une commune autonome, il faudra attendre une loi du 24 mars 1888 pour que cette création soit officialisée. La paroisse ayant été placée sous la dévotion de Saint Joseph par l’abbé Maillard, la commune adopta tout naturellement le nom de son Saint Patron.

L’agriculture est la principale activité économique de Saint Joseph. Il n’existe plus aucune distillerie à Saint-Joseph, mais on y cultive encore un peu de canne à sucre, mais surtout de la banane et des cultures vivrières et des fleurs.

Chapelle

Né d’une petite chapelle rurale inachevée  et surnommé Chapelle sans croupion, rassemblant les habitants de cette extrémité du Lamentin, le quartier Chapelle était déjà considéré comme une paroisse au XVIIIème siècle. Un 1841, s’imposa la nécessité d’y construire un ensemble église-école et de là une nouvelle paroisse, Rivière Blanche en 1862. En 1874, l’abbé Eugène Maillard, se trouvant trop à l’étroit dans la chapelle délabrée et condamnée à la fermeture par l’administration, prêcha à ses paroissiens le déplacement de la chapelle à 4 km de là, à l’emplacement actuel de l’église. La mobilisation des paroissiens et la construction de la plus vaste église de a Martinique d’alors et d’une immense statue de Saint Joseph furent la réponse du curé à ses ennemis dont Victor Schœlcher. Ce dernier finit malgré tout par obtenir le départ du religieux. De par sa longue édification, l’église de Saint Joseph est le résultat final de mariage entre les styles basilical et gothique. Deux tours rectangulaires faisant office de clochers ont été ajoutées par la suite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.